Mercredi 28 Octobre, 2020

Baisse de la distribution du courant électrique : l’EDH s'explique

Depuis quelques semaines, des habitants de différentes villes haïtiennes y compris de la capitale, se plaignent d'une intensification de la pénurie de courant électrique dans leur zone respective. Dans des villes comme Mirebalais, Cap-Haitien et Las Cahobas, les citoyennes et citoyens ont même gagné les rues en vue de manifester et dénoncer du même coup le non respect par le Chef d'Etat Jovenel Moïse, de ses promesses d'électrifier le pays 24h/24. La Direction générale de l'Electricité d'Haiti, dans une note note transmise à la rédaction, tient à faire le point sur ce problème. Nous publions ici l'intégralité du texte.

NOTE

Ce mardi 22 janvier 2019, le Directeur Général de l’Electricité d’Haïti, Jean Nicolas Hervé Pierre-Louis, voulant faire le point sur la pénurie du courant électrique constatée à travers le pays au cours du mois de janvier, a accordé plusieurs interviews sur certains médias de la capitale. Il a expliqué qu’en Haïti les trois principales technologies utilisées pour produire l’électricité sont :

▪ Le système Hydraulique utilisant la force motrice de l'eau pour faire fonctionner 3 turbines produisant chacune 18 MW pour un total de 54 MW en saison pluvieuse. 
▪ Le système Thermique qui utilise le Mazout et le Gasoil comme intrants.
▪  Le système solaire qui est nouveau, mais en pleine expérimentation à Marchand/Dessalines

En effet, depuis quelques temps, les abonnés de l’EDH subissent les effets drastiques d’une baisse considérable de la desserte en électricité généralement fournie par l'EDH. 
 
Les explications immédiates à cette situation se situent à deux niveaux .Tout d'abord, il est un fait que toute production hydro électrique est structurellement liée à un débit suffisant d'eau devant actionner les turbines installées pour la production. Il est tout de même opportun de souligner l’emphase mise par le DG SUR la production de Péligre qui dépend totalement de la pluviométrie du pays. Or, en Haïti la saison pluvieuse s'étale de mai à novembre alors que la période des eaux basses dure de décembre à avril.
 
Evidemment, la pluviométrie actuelle ne joue pas en faveur d’une production électrique maximale au niveau de la Station de Péligre. La seule turbine fonctionnelle parmi les trois ne génère que 14 MW en ce moment. En conséquence, la distribution électrique au niveau du Plateau Central et de la zone métropolitaine est négativement affectée.
 
Ensuite, au niveau des Centrales thermiques, tous les opérateurs connaissent depuis plus d'une semaine de sérieuses difficultés d’approvisionnement en  carburants.
 
L'EDH ne faisant pas exception à la règle, endure aussi des retards liés à cette crise passagère de carburants. Ce qui a occasionné un rationnement sévère du service à Port-au-Prince et dans les villes de Provinces. Tout compte fait, avec la disponibilité prochaine des différents carburants et la normalisation des approvisionnements, la desserte de service de l’EDH va connaître une amélioration progressive. Ainsi, l’EDH va pouvoir reprendre graduellement le rythme de sa distribution sur les différents circuits à travers tout le pays.
 
Toutefois, il faudra attendre le retour de la saison pluvieuse pour compléter les capacités d'alimentation avec l'entrée à pleine puissance sur le réseau de la Centrale hydro- électrique de Péligre.
 
Cela dit, cette situation conjoncturelle évoquée ci-dessus, a expliqué l’actuel Directeur  Général, est greffée sur des problèmes structurels qui expliquent l’incapacité de la compagnie à répondre stratégiquement et valablement  à ces malencontreux désagréments.
 
 L’ingénieur a  insisté sur le fait que l’EDH est une entreprise commerciale dont les revenus se basent uniquement sur les recettes générées à partir de bordereaux émis. Or, seulement 13% des factures distribuées au cours du mois de décembre 2018 ont été acquittées par les abonnés de l'EDH. Pourtant l'électricité est réclamée par toute la population. C’est un droit légitime certes, qui doit néanmoins s'accompagner du devoir de payer sa consommation.
 
En plus, d’après Mr Pierre-Louis, l'EDH nécessiterait une enveloppe financière globale par mois de 1,6 milliards de gourdes pour recouvrer son autonomie, alors que sa perception mensuelle et moyenne ne dépasse guère 400 millions de gourdes pour l'ensemble du pays.
 
D'un autre côté, l'EDH doit lutter en permanence contre le fléau que constituent la fraude, le vol du courant électrique et la construction d’extension de réseaux en dehors de toute norme dont les conséquences se révèlent dommageables autant pour la Compagnie que pour ses abonnés.
 
L’Ingénieur Pierre-Louis en a profité  pour attirer l'attention de tous sur la relation de cause à effet du comportement et de la perception de la population en ce qui concerne l’EDH. Dans la foulée, il garantit que des démarches visant à améliorer les relations de la compagnie avec sa clientèle progressent.

Ainsi, de nouveaux outils technologiques permettant à l’abonné de vérifier  sa solde de compte ou d’acquitter ses dettes à partir d’un téléphone sans se déplacer sont désormais disponibles. Et l’Ing-Directeur Général  a décliné les différentes étapes de ladite procédure au profit du client qui n’a qu’à envoyer son NIC (Numéro d’Identification du Client) par SMS sur le 4088-7777 pour y avoir accès. 
 
Pour conclure, le Directeur Général de L'EDH a appelé à la compréhension et au calme de la population en général pour éviter tout débordement intempestif qui ne cadre pas aux réalités du moment. Quant à la clientèle du Plateau Central, L'EDH l’exhorte à supporter ses efforts en s'acquittant plus régulièrement de ses bordereaux d'électricité. 

EDH Communication

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :