Lundi 16 Septembre, 2019

Bagarre à Orly: les deux rappeurs Booba et Kaaris remis en liberté avant leur procès

Booba et Kaaris, amis devenus ennemis au fil de la mélodie. Le temps les a désunis. — GABRIEL BOUYS - Dominique FAGET / AFP

Booba et Kaaris, amis devenus ennemis au fil de la mélodie. Le temps les a désunis. — GABRIEL BOUYS - Dominique FAGET / AFP

La justice a ordonné jeudi la remise en liberté des rappeurs Booba et Kaaris, qui étaient en détention provisoire depuis leur bagarre à l'aéroport d'Orly début août et resteront sous contrôle judiciaire jusqu'à leur procès prévu le 6 septembre.

Booba, 41 ans, incarcéré à Fleury-Mérogis (Essonne), et Kaaris, 38 ans, détenu à Fresnes (Val-de-Marne), devraient être libérés dans la journée.

A l'exception de la caution qui ne concerne que les deux rappeurs, les mesures du contrôle judiciaire sont les mêmes pour tous les prévenus, qui devront tous remettre leurs passeports et ont interdiction d'entrer en contact les uns avec les autres. Un onzième suspect avait déjà été remis en liberté par le tribunal de Créteil.

Filmée par des témoins, qui ont ensuite posté les vidéos sur les réseaux sociaux, la bagarre a provoqué des blessures légères dans les deux camps et des dégradations dans des magasins de l'aéroport, et fait les gros titres de la presse.

La décision de les remettre en liberté, contraire aux réquisitions de l'avocat général qui avait demandé le maintien en détention de tous les prévenus, a été saluée par les avocats des deux rappeurs dès la sortie de l'audience.

L'avocat de Kaaris, Me Yassine Yakouti, a lui salué "l'application du droit". "Aujourd'hui ce qui est important c'est que Kaaris et ses amis puissent rejoindre leur famille, et préparer sereinement le procès".

Mardi, Booba avait ironiquement dénoncé sur Twitter, via sa manager, la peine qu'il encourt, démesurée selon lui au regard d'autres affaires telles que les scandales au sein de l'Eglise et celle provoquée cet été par l'ex-conseiller de l'Elysée Alexandre Benalla.

Devant le tribunal de Créteil au moment du renvoi du procès début août, l'avocat de Kaaris, David Olivier Kaminski, avait lui aussi fait référence à Alexandre Benalla pour demander à ce que son client ne soit pas placé en détention provisoire.

La rixe d'Orly était le point d'orgue d'années de "clashes" entre les deux rappeurs, qui ont d'abord travaillé ensemble avant de se brouiller et de se provoquer mutuellement ces dernières années par vidéos où paroles de chansons interposées.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :