Mardi 18 Février, 2020

«Bak Lakay», un appel aux Haïtiens de la diaspora à retourner au pays

Garnel Michel, auteur de l'ouvrage « Back Lakay », édité chez C3 éditions.

Garnel Michel, auteur de l'ouvrage « Back Lakay », édité chez C3 éditions.

Spécialiste en médecine communautaire et consultant national à Stop accidents, Garnel Michel publie son premier ouvrage intitulé « Bak Lakay », un appel aux Haïtiens de la diaspora à retourner au pays pour participer à la refondation de la nation haïtienne. L’auteur répond aux questions de Loop.

Loop: Vous êtes l’auteur du livre « Bak Lakay », paru sous les presses de l’édition C3. Qu’est-ce qui vous a inspiré cet ouvrage ?

Dr. Michel > J'ai trouvé l'inspiration du livre « Bak Lakay » au moment où un groupe de jeunes professionnels refléchissait sur des propositions pour participer à la refondation de notre pays. On était dans un marché de produits locaux et on analysait le fait que depuis les Duvalier, les Haïtiens quittaient le territoire à chaque difficulté. Résultat: 85% des fils et filles d'Haïti qui savent lire sont à l'étranger, dit-on. En plus, la classe ouvrière a aussi quitté en masse ces derniers temps. Et si on lançait l'appel pour que les compétences d'origine haïtienne reviennent pour compléter celles qui sont sur place ?

Loop: Et, vous adressant aux fils et filles du dehors, vous avez écrit que « la nation vous interpelle, c’est à nous de la refonder ». Comment, selon vous, cette diaspora peut-elle contribuer à la reconstruction de cette nation?

Dr. Michel > Comme c'était le cas pour l'équipe de football, nos Grenadiers qui ont pu arriver en demi-finale de la Gold Cup grâce à la collaboration et à la synergie des 11 joueurs évoluant en Haïti et des 11 autres jouant à l'étranger (dont le capitaine Nazon), je crois que nous devons nous mettre ensemble pour refonder cette nation si riche mais très mal exploitée. Le constat c'est que: il y a 10 ans, le 12 janvier 2010, nous avons perdu environ 300 000 vies et plus de 8 milliards de dollars. Mais nous venons aussi de perdre 10 ans, puisqu'en dépit de la forte somme d'argent ayant circulé dans le pays après le séisme, nous n'avons jusqu’ici rien reconstruit.

Loop: Et justement, s’il faut s’engager dans ce processus de reconstruction, par où commencer et quelles sont, selon vous, les forces vives à mobiliser?

Dr. Michel > Nous allons commencer par la refondation de la conscience citoyenne. Nous devons comprendre que c'est à nous de reconstruire ce pays. Il est certain que beaucoup d'argent a été gaspillé ici après le tremblement de terre, pourtant nous n'avons pu rien construire.

Nous proposons un plan de retour pour cette nouvelle décennie qui commence. Une proposition d'actions concrètes pour qu'en 2030, au moins, nous puissions redevenir un joyau pour l'humanité.

Tout en sollicitant la solidarité interne et internationale, nous devons dire non à l'assistance humanitaire. Haïti a instauré la solidarité internationale en aidant d'autres pays à prendre leur indépendance. Aujourd'hui, nous devons refuser l'assistanat sous quelque soit la forme.

Loop: En somme, c’est un rêve d’avenir que vous vendez dans ce livre?

Dr. Michel > En effet, « Bak Lakay », c'est un nouveau concept, un rêve d’avenir pour lequel nous allons lutter de toutes nos forces jusqu'à ce qu'il devienne réalité. Ce n'est pas un livre classique, c'est une grande vision qu’on doit coller à des actions concrètes.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :