Dimanche 17 Novembre, 2019

Auréolé d'un Mondial sans faute, Poutine face à une grogne sociale croissante

Le président russe Vladimir Poutine participe à un match de football sur la Place Rouge à Moscou, le 28 juin 2018

Le président russe Vladimir Poutine participe à un match de football sur la Place Rouge à Moscou, le 28 juin 2018

Organisation, sécurité et même performances sportives: jusqu'à présent, le Mondial-2018 de foot est un sans faute pour Vladimir Poutine, dont l'image s'est pourtant considérablement ternie dans l'opinion russe, choquée par les rudes réformes sociales à venir.

Dès le lendemain, il s'envolera pour Helsinki pour son premier sommet bilatéral avec Donald Trump, témoignant pour Moscou du rôle incontournable qu'a pris le maître du Kremlin sur la scène internationale ces dernières années malgré les tensions.

Alors que les médias craignaient des batailles rangées de hooligans et des incidents racistes, les télévisions du monde entier ont montré des images de fête bon enfant au pied du Kremlin, animée par des supporters, surtout d'Amérique latine, qui repartent chez eux ravis de l'accueil.

"Il n'y a pas d'éléments permettant de dire que l'image de la Russie s'est améliorée à l'étranger", tempère Andreï Kolesnikov, expert du centre Carnegie, soulignant que les supporters occidentaux venus en Russie à l'occasion du Mondial étaient peu nombreux.

Dans l'opinion russe, l'humeur qui transparaît est très loin de la fête.

Fin juin, l'institut VTsIOM, contrôlé par l’État, faisait lui aussi état d'une chute de près de 14 points en trois semaines de la cote de popularité du président (à 64%), réélu triomphalement en mars pour un quatrième mandat courant jusqu'en 2024, soit 25 ans après son arrivée au pouvoir.

- "D'habitude épargné" -

Inquiets par la baisse continue de leur niveau de vie depuis plus de quatre ans, nombre de Russes ont été choqués par l'annonce par le gouvernement, le jour de l'ouverture de la Coupe du monde, d'une réforme du régime des retraites.

Si Vladimir Poutine s'est évertué à garder ses distances avec les projets du gouvernement, qui propose également une hausse de la TVA, il n'a pas été épargné par le mécontentement généré.

Une pétition demandant l'abandon du relèvement de l'âge de la retraite a rassemblé 2,6 millions de signatures et plusieurs milliers de Russes sont déjà sortis dans la rue à travers le pays pour protester.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :