Dimanche 18 Novembre, 2018

Aucun prétexte ne justifie l’exclusion des handicapés dans la société

La coordonnatrice générale de l’UFMORH Soinette Désir

La coordonnatrice générale de l’UFMORH Soinette Désir

Le saviez-vous? Les personnes à mobilité réduite représentent 10 % de la population haïtienne. Et, leur intégration dans la société reste une véritable galère. Discriminée, cette catégorie de personnes n’ont même pas accès aux lieux dits publics.

Fort de ce scabreux constat, l’union des femmes à mobilité réduite d’Haïti se propose de faire un plaidoyer en vue de promouvoir le respect des droits humains et  l’intégration des personnes handicapées. Cette structure a lancé officiellement, dans le cadre sa lutte, le lundi 29 octobre 2018, un projet intitulé « aucun prétexte, aucune limite ».

Ce projet financé à hauteur de 2 millions par la mission des nations unies pour l’appui de la justice en Haïti (MINUJUSTH) sera implémenté dans les départements de l’Ouest et du Nord. Il s’étendra sur une période de 6 mois, selon la coordonnatrice générale de l’UFMORH Soinette Désir.

Environ 40 personnes à mobilité réduite issues des deux départements susmentionnés bénéficieront de ce projet, précise Charline Augustin, secrétaire générale de l’organisation.

La cérémonie de lancement de ce projet s’est déroulée l’Hôtel Le Plaza en présence notamment du secrétaire d’état à l’intégration des personnes handicapées, Gérald Oriol Junior.