Dimanche 23 Septembre, 2018

Assassinat d’un homme d’affaires haïtien à Titanyen (Cabaret)

Les premiers éléments de l’enquête révèlent que l’homme avait une entente tacite avec le meurtrier Sorda, à l’insu de son épouse Judith.

Les premiers éléments de l’enquête révèlent que l’homme avait une entente tacite avec le meurtrier Sorda, à l’insu de son épouse Judith.

Trois hommes armés ont abattu de quatre balles Charles Osias, mercredi soir à Titanyen (Cabaret). L’identité de la victime, un homme d’affaires haïtien en provenance de Boston (États-Unis), a été dévoilée par Me Moril Lanot, juge suppléant de la commune de cabaret.

Le juge rapporte que l’homme assassiné était accompagné de son épouse Judith et de son fils, dont l’identité n’a pas été révélée. « La Police de Cabaret m’a alerté de la scène du crime vers les dix heures du soir », précise Me Lanot, mais l’incident semble s'être produit deux heures auparavant, pense-t-il.

Le couple est arrivé à l'aéroport international Toussaint Louverture à 7h du soir, avant de prendre la direction de leur domicile à Titanyen (18,5 km de Port-au-Prince). À destination, le fils descendait la voiture pour se rendre à la barrière principale et avertir le concierge de leur présence. Ce dernier, non informé du voyage de son patron, a pris du temps pour arriver.  

Juste un moment, un homme s’est fait remarquer avec un revolver et demandait au garçon de lui rendre tout ce qu’il détenait en sa possession, raconte le juge. L’individu s’appelle Sorda, ainsi connu, et serait complice du père.

Le fils, braqué, lui a rétorqué qu’il n’a pas d’argent. Subitement, le père a voulu prendre la poudre d’escampette avant que sa femme ne le tienne par la main, l’exigeant de partir à l’assaut du bandit pour sauver leur fils, poursuit Moril, qui a déjà diligenté une enquête et recueilli certains éléments clés qu’il n’entend pas communiquer en entier, à présent.

Juste avant que Charles Osias descende lui-même la voiture, deux autres hommes ont fait irruption et Sorda s’est retourné cette fois contre lui pour l’abattre de quatre balles.

Dans l’intervalle, la femme a été malmenée, elle a reçu plusieurs coups de pied des malfrats qui l’ont dépouillée totalement. Le fils a subi, à peu près, le même sort, rapporte le juge.

Les premiers éléments de l’enquête révèlent que l’homme d'affaires avait une entente tacite avec le meurtrier Sorda, à l’insu de son épouse Judith. Le portable du défunt qui se trouve actuellement sous surveillance policière, affiche un total de douze appels qu’il a reçus de la part de Sorda durant la journée de mercredi même.  

Me Lanot ajoute que Charles avait l’habitude de collaborer avec Sorda parce que des indices montrent qu’il avait une dette envers le défunt.