Vendredi 20 Avril, 2018

Après test ADN, ce DJ découvre qu’il n’est pas le père de ses enfants

Un DJ jamaïcain populaire est dévasté cet après-midi après avoir reçu une lettre d'une agence d'ADN l'informant que les deux enfants qu'il pensait avoir engendrés avec deux femmes jamaïcaines ne sont pas ses enfants biologiques.

Le disc-jockey, qui a émigré aux États-Unis il y a plusieurs années, avait entamé les démarches pour ses deux enfants, âgés de neuf et sept ans, mais les résultats du test de paternité pour la demande d’immigration ont montré que les mômes qu'il soutenait depuis leurs naissances n'étaient pas ses enfants biologiques.

« Je suis dévasté, (…) pas même l'un d'entre eux n’est à moi. Je n'arrive pas à croire que les femmes jamaïcaines sont si méchantes », a-t-il déclaré au journaliste de Loop Jamaica Claude Mills.

Le DJ explique avoir dépensé près de 300 000 dollars américains pour ses deux enfants depuis leur naissance. Un des enfants, une fille de neuf ans a un trouble d'apprentissage et n'est pas bonne lectrice, tandis que l'autre est un garçon.

« La fille n'est pas une grande lectrice, elle a un handicap, (…). Mon fils m'aime vraiment, il ressemble à un de ses frères. (…) Ca me frappe durement ... Je regarde mon téléphone tous les jours et je veux les appeler mais je ne peux pas, comment puis-je leur dire que je ne suis pas leur père? » a-t-il a demandé.

La pression artérielle du disc-jockey a explosé ces derniers jours et il a dû se rendre chez le médecin mardi.

Le DJ a dit qu'il a informé les deux femmes des résultats.

« L'une d'elles s'est effondrée et s'est excusé, c'est la mère de ma fille, mais l'autre, celle qui prétendait être vierge, est en colère et s’enfonce dans le déni. Elle me blâme et dit que j'ai dû faire quelque chose. Ces femmes sont méchantes et détruisent des vies, peut-être que les autres hommes voulaient leurs bébés et maintenant, mon nom figure sur le certificat de naissance des enfants et le test d'ADN prouve que je ne suis pas leur père » dit-il, la voix étouffée de larmes.

Des tests d'ADN sont exigés par l'ambassade des États-Unis à Kingston pour le processus de visa immigrant. Des informations fuitées dans la presse confirment qu'un certain nombre de femmes attribuent la paternité de leurs enfants au mauvais homme.

Un homme sur dix se présentant à l'ambassade des États-Unis se fait dire que le test d'ADN prouve qu'il n'est pas le père biologique de l'enfant.

« L'ambassade des Etats-Unis doit arrêter les tests d'ADN, détruire des vies et diviser des familles (…) » a déclaré le DJ. « Je suis tellement stressé, l'avenir de mes enfants est en train de se gâcher. Qu'est-ce qui va leur arriver maintenant ? Je ne sais pas si je peux continuer à les soutenir, je veux les appeler mais je ne peux pas, c'est juste confus », a déclaré le DJ.