Dimanche 22 Juillet, 2018

Après la découverte d’Haïti, Christophe Colomb repart le 11 janvier

Christophe Colomb (1451 - 1506)

Christophe Colomb (1451 - 1506)

Comme une comptine, 5 décembre 1492, le navigateur génois Christophe Colomb s’est débarqué dans la baie du môle Saint-Nicolas avec pour objectif de rechercher des « épices » pour ses contemporains européens.

Fabuleux !, diront les troubadours. Quand la « passion de l’autre » peut nous guider à ce titre, le prochain sentier à abattre deviendra moins rude en écueils et abnégation.

Attaché d’une caraque, la Santa Maria, et deux caravelles, la Niña et la Pinta, M. Colomb fut arrivé de manière impromptue sur ce « nouveau territoire » qu’il rebaptisa du nom d’Hispaniola. L’historiographie coloniale rapporte que ce fut une tromperie : il s'est cru sur la terre de l’Inde et trouva donc nécessaire d’appeler les indigènes « Indiens ».

Ainsi que, les Taïnos ou Arawaks ou Ciboneys, ces aborigènes passeront à la postérité pour des indiens. Mais pas que.

Sans recoudre le tissu de l’histoire, ce bout d’Ile aura connu plus de trois siècles d’esclavage féroce avec aux commandes l’Espagne et la France. Morcelé aujourd’hui en deux parties inégales, dont Haïti (27.700 km2) et la République Dominicaine (48 442 km²), les conquistadors l'ont baptisé « Saint Domingue » durant la période de la colonisation.

« Touchée par les maladies importées par les européens, les mauvais traitements », la population amérindienne disparut temporairement. Les sources historiques estiment à 100 000 le chiffre des aborigènes portés disparus. Des historiens haïtiens considèrent cette extermination comme le « premier génocide » dans l’histoire moderne des peuples.

11 janvier 1493, Christophe Colomb repart en Europe la Niña, la seule caravelle qui lui fut restée après l’échec des deux autres. Ainsi débute la colonisation de Saint-Domingue.