Vendredi 23 Août, 2019

L'inspecteur tué à Juvénat dénonçait l'armement des jeunes du quartier

L’inspecteur de police, Alix Jean René

L’inspecteur de police, Alix Jean René

L’assassinat par balles de l’inspecteur de police, Alix Jean René, remet sur le tapis le débat sur la prolifération des gangs armés en Haïti et l'impunité avec laquelle les bandits armés sèment la terreur dans le coeur des membres de la population.

Il y a plus d’un an, soit en mars 2018, Alix Jean René avait invité la presse pour dénoncer ce foyer de gangs naissant à Juvénat, ce quartier de la commune de Pétion-Ville. Il révélait aussi l’identité de celui qui, selon lui, distribue des armes automatiques à des jeunes gens qui se droguent, se livrent aux vols et aux viols dans la zone. Alix Jean René pointait du doigt le dénommé Kesner Normil, qui, disait-il, a des motivations politiques et la prétention de devenir maire de Pétion-Ville.

Alix Jean René accusait Kesner Normil d'être responsable des troubles de la paix dans le quartier de Juvénat qui avait connu, en 2016, une période de tension après que le présumé bandit Jean Hilaire Ladouceur avait été accusé d'avoir lynché un policier en plein jour. Le nom de l’actuel maire Dominique St-Roc avait été cité dans cette affaire pour avoir libéré le présumé auteur du lynchage.

Alix Jean-René qui se battait pour rétablir la paix dans la zone, ainsi qu'à "Morne Jéricho et ses environs", déclarait, lors d'un entretien à la rédaction de Loop Haiti, avoir informé la DCPJ et la DCPA de cette situation de peur qui grandissait dans le quartier de Juvénat. « J’ai déjà prévenu le commissaire du gouvernement et la Direction centrale de la Police administrative (DCPA) contre Kesner Normil qui compte utiliser ses contacts au sein de la Police », disait-il.

Plus d’un an plus tard, Alix Jean René est criblé de plus d'une dizaine de projectiles au moment où il effectuait un achat à la station de service de Sainte-Thérèse, selon des témoins. Des mouvements de protestation ont été organisés dimanche dans l'après-midi et durant la journée du lundi, afin de réclamer justice pour ce policier assassiné par des individus jusqu’ici non identifiés.

La route et de Juvénat a été bloquée en signe de protestation contre cet assassinat.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :