Mercredi 11 Décembre, 2019

Agression présumée du Sénateur Chéramy : Martine Moïse réagit

Duel au sommet entre un sénateur et la première dame de la République. Dans l’après-midi du vendredi 21 juillet, la voiture du Sénateur Antonio Cheramy, prise dans un embouteillage, a été heurtée par un véhicule du cortège de la Première Dame sur la route de Juvénat, dans la commune de Pétion-ville.

Sur le champ, le sénateur a crié au scandale et a avoué sur une station de radio de la capitale avoir été agressé verbalement et physiquement par des agents de sécurité de la Première Dame de la République.

Parce que Don Kato, chanteur du groupe Brother’s Posse, s’est toujours fait connaitre comme un opposant farouche de Tèt Kale, parti au pouvoir, l’incident a suscité une vive polémique sur les réseaux sociaux. Certains y voient une attaque contre le Sénateur qui, en ce moment, prend position en faveur de l’augmentation du salaire minimum des ouvriers de la sous-traitance.

Jusqu’ici, personne de côté du gouvernement n’a pas pipé mot. Ce n’est que tardivement, hier lundi 24 juillet, en marge de sa visite au village Lévêque (à Cabaret) où sont hébergés des sourds, la principale concernée a tenu à réagir elle-même sur le dossier. Martine Moise, déclare qu’il s’agit d’un simple accident de la circulation qui relève de l’OAVCT et qui ne devrait pas être un thème d’actualité dans la presse rapporte radio Kiskeya.

Ce que la première dame considère comme « simple accident », le Sénateur Evalière Beauplan, le trouve « plus qu’humiliant », cette façon de «  traiter ainsi un sénateur de la république ». De concert avec le président du Sénat Youri Latortue, l’élu du Nord-Ouest dénonce l'attitude des policiers impliqués dans cet incident.

Mais les parlementaires n’en resteront pas là. Ils ont décidé de convoquer le directeur général de la Police Nationale d’Haïti (PNH), Michel-Ange Gédéon, pour qu’il renseigne jeudi prochain au sujet des policiers faisant partie de la sécurité rapprochée présidentielle.

Les sénateurs tiennent mordicus à ce que les policiers impliqués dans cette situation, soient sanctionnés, pendant qu’ils invitent les représentants des pouvoirs de l’Etat à trouver la cohésion nécessaire pour le développement réel du pays.

Par ailleurs, l'inspection générale de la PNH se serait déjà saisie de l'affaire et annonce l'ouverture d'une enquête.


Recevez gratuitement les dernières nouvelles locales et internationales directement sur votre téléphone :

Téléchargez l’application Loop News Caribbean sur Google Play Store : http://bit.ly/1HHj2Uu

Téléchargez l’application Loop News Caribbean sur l’App Store : http://apple.co/2e3q1Lk 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :