Jeudi 22 Août, 2019

Ces 5 sénateurs vont présenter un plan pour l’après Jovenel Moïse

Le groupe des 5 sénateurs de l'opposition composé de : Anthonio Cheramy, Nenel Cassy, Evalière Beauplan, Ricard Pierre et Youri Latortue

Le groupe des 5 sénateurs de l'opposition composé de : Anthonio Cheramy, Nenel Cassy, Evalière Beauplan, Ricard Pierre et Youri Latortue

Le groupe des 4 sénateurs de l’opposition et le sénateur Youri Latortue, lors d’une conférence de presse le 14 juin dernier, au parlement haïtien, ont annoncé à la presse qu’ils présenteraient dès mardi 18 juin, après concertation avec les différents branches de l’opposition, un ''plan pour un Haïti meilleur'' après le départ du président Jovenel Moïse.

Couramment appelé G4, le groupe des 4 sénateurs de l’opposition politique (Antonio Cheramy, Ricard Pierre, Evalière Beauplan et Nenel Cassy) alliés au sénateur Youri Latortue, s’unissent pour présenter l’alternative politique qui suivra le départ tant souhaité de Jovenel Moïse. Une alternative qui, selon les 5 sénateurs, d’une voix unanime, permettra de mieux redémarrer le pays au lendemain de la chute du chef de l'Etat.

Après avoir tout saccagé au Sénat de la République le mois dernier, pour empêcher la ratification du Premier ministre nommé Jean Michel Lapin, les pères conscrits de l’opposition n’entendent pas limiter leurs actions. Ils entendent concerter avec les différents acteurs de la classe politique haïtienne qui, depuis des semaines, lancent des appels à la démission du chef de l’Etat, Jovenel Moise.

Selon les opposants, justice doit-être faite à tout prix dans le cadre de l’affaire Petrocaribe. Et devant cette volonté de voir la justice triompher sur la politique, le sénateur Nenèl Cassy considère comme condition sine qua non la démission du chef de l’État. Le parlementaire argue que « seul un tribunal peut confirmer que Jovenel Moïse n’est pas un dilapidateur ».

Le sénateur du département de l’Artibonite, Youri Latortue, continue dans le même sens pour dire qu'« à ce stade de la lutte contre la dilapidation des fonds PetroCaribe, il ne revient pas au président Jovenel Moïse de prouver qu’il n’est pas corrompu ». L’ancien président du Sénat invite ses collègues à transmettre le dossier par-devant la justice afin que des poursuites judiciaires puissent avoir lieu.

Evalière Beauplan, de son côté, élu du département du Nord-Ouest qui dit croire que l’accusation de la CSC/CA conduira à la chute du président Jovenel Moise, renchérit en faisant savoir que l’opposition n’a pas de vision politique apocalyptique. Au contraire, sachant qu’ils n’ont pas la science infuse, ils consulteront les autres acteurs politiques de l’opposition pour parvenir à une solution commune. « Les quatre sénateurs de l’opposition à eux seuls n’ont pas la solution aux problèmes du pays, nous rencontreront tous les acteurs de la vie nationale pour prononcer sur l’avenir du pays après Jovenel Moise », tance-t-il.

Le sénateur Antonio Chéramy, pour sa part, insiste sur la continuité de la mobilisation aniti-Jovenel Moïse. D’après le sénateur de l’Ouest, « le peuple peut voir plus loin et mieux anticiper les évènements contrairement aux dirigeants ». Pour cela, il invite la population notamment à s’attaquer à tous les bureaux des institutions étatiques à travers les dix départements du pays, en les verrouillant avec des cadenas ou autres, afin d’empêcher toute manœuvre du gouvernement de Jovenel Moïse et affaiblir le pouvoir de ce dernier.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :