Jeudi 18 Juillet, 2019

En mai 2018, 38 000 Haïtiens vivaient encore dans des camps, selon HRW

38 000 Haïtiens vivent encore dans des camps selon Human Rights Watch. Photo: 1jour1actu

38 000 Haïtiens vivent encore dans des camps selon Human Rights Watch. Photo: 1jour1actu

Human Rights Watch a publié son rapport 2018. Les intertitres de ce document disponible sur le site de l’organisation présentent un tableau sombre sur Haïti. En ce sens, selon HRW, il reste encore beaucoup d’efforts à faire au niveau du système de justice pénale, l’analphabétisme, l’éducation, le Droit des femmes et des filles, etc.

Human Rights Watch relate que les émeutes survenues en juillet dernier à cause de la tentative d'augmentation de 50% des prix des produits pétroliers ont été « la pire agitation civile que le pays ait connue depuis des années. ».

L'organisation dénonce les violences enregistrées dans le pays au cours de cette année, notamment le massacre perpétré à la Saline le 13 novembre dernier. Comme tous les médias (nationaux et internationaux) et les autres organismes de Droits humains, Human Rights Watch indique que des membres de la Police nationale ont pris part à ce bain de sang.

Outre ces évènements, l’organisation impliquée dans la défense des droits de l’homme a décrit la situation des Haïtiens après les récentes catastrophes naturelles qui ont dévasté leur pays. « En octobre, un tremblement de terre a fait 17 morts et plus de 350 blessés. Plus de 140 000 ménages ont encore besoin d'un logement décent, plus de deux ans après l'ouragan Matthew, qui a fait entre 540 et 1 000 morts, selon différentes estimations. », lit-on dans le document.

Jusqu'en mai 2018, soit huit ans après le terrible séisme du 12 janvier 2010, selon Human Rights Watch, 38 000 personnes vivaient encore dans des camps. 70% de ces personnes sont des femmes et des enfants, précise le rapport.

« Les autorités n'ont fourni aucune assistance pour les réinstaller ou les ramener dans leurs lieux d'origine. En mai, au moins 17 des 26 camps de personnes déplacées manquaient d’installations sanitaires adéquates. », toujours d'après le document.

L’organisme salue, par ailleurs, les efforts déployés qui ont grandement diminué la présence du choléra en Haïti. 37 personnes ont été tuées par le virus entre janvier et août 2018.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :