Mercredi 23 Octobre, 2019

30è anniversaire de la mort d’un défenseur haïtien de la loi

Assassiné devant le Quartier-Général de la Police un 13 octobre 1987 pour avoir défendu le respect de la loi. Aujourd’hui ramène les 30 ans de son décès brutal. Loop Haiti, dans sa rubrique « Que vous rappelle cette date ? », revient sur cet assassinat.

Le chef du Rassemblement des Démocrates Chrétiens Haïtiens (RDCH), l'avocat Yves Volel, a été abattu le 13 octobre 1987 à 10h45, devant le bâtiment des Recherches Criminelles, par des individus non identifiés alors qu'il protestait contre la détention illégale de l’un de ses clients. Il avait convoqué la presse à 10 heures devant les Recherches Criminelles (quartier général de la police).

A ce moment-là, il se présenta portant sa robe d'avocat et tenant dans sa main une copie de la Constitution. Il s'est adressé à la foule de journalistes locaux en créole pendant une dizaine de minutes, puis comme il voulait parler en anglais à certains journalistes étrangers, un groupe d'hommes en civil s'est approché de Volel en criant «Vive Volel pour le président! Mais a commencé à le bousculer et à tirer dans les airs. Dans le chaos qui s'ensuivit, Volel tomba par terre, une balle dans le cou et une autre dans la poitrine. Les journalistes ont également été poussés et Télé-Haïti a vu sa cassette vidéo de l'incident confisqué.

Comme la fusillade avait cessé, les journalistes ont été tenus à l'écart du corps de Volel. Un vent de panique s'est répandu dans les rues environnantes et les commerçants ont commencé à fermer leurs portes. Le corps est resté au sol pendant environ une heure, sans la moindre attention médicale et a ensuite été emmené à la morgue de l'Hôpital de l’Université d’État. Cependant, ce mauvais scénario fut facilement démonté à partir du seul fait qu’une ultime photo prise quelques instants avant le meurtre montrait l’avocat debout et donnant dos au QG de la police.

Le futur colonel Joseph Baguidy, alors responsable des fameuses Recherches Criminelles, déclara avec désinvolture et sans broncher que l’assassin était un « jeune homme vêtu d’un t-shirt de couleur rouge ». Il avait eu le temps de s’enfuir sous le nez des policiers en franchissant aisément le portail du bâtiment.

Le début de l’enquête sur ce crime odieux et signé précéda sa fin de seulement quelques secondes.

Dans la matinée, Yves Volel avait annoncé sur les ondes d’une station de radio qu’il se rendait dans cette sinistre section de la police afin d’obtenir la libération d’un homme incarcéré et maltraité au mépris de ses droits.

Ancien officier des Forces Armées d’Haïti et leader du Rassemblement des Démocrates Chrétiens (RDC), Me Yves Volel, qui était connu pour sa rectitude morale et son engagement patriotique courageux, mourait tout juste un an après son retour d’exil.

(Source : Radio Kiskeya et cyberie.qc.ca)

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :