Mercredi 28 Octobre, 2020

3 étudiants de l'UEH lauréats du concours francophone Micronouvelles

Photo Illustrant deux des trois gagnants du concours de micronouvelles.
De gauche à droite Mike Préval et Daphnée Joseph

Photo Illustrant deux des trois gagnants du concours de micronouvelles. De gauche à droite Mike Préval et Daphnée Joseph

Deux étudiants de la Faculté de Linguistique Appliquée (FLA), ainsi qu'un autre venant de la Faculté des Sciences humaines (FASCH) ont été désignés, le 17 mars, gagnants du concours de Micronouvelles lancé par la Direction régionale de la Caraïbe de l'Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) sous le thème « Mon quartier, le monde ».

Mike Préval ; Volmar Castine Magalie et Daphnée Joseph, respectivement étudiants de la Fasch et de la Fla, deux entités de l'UEH- Université d’État d’Haïti, sont retenus lauréats de la première édition du concours de Micronouvelles lancé par l'AUF pour toute la Caraïbe à la fin du mois de février.

Destiné à promouvoir les écrivains en herbe, cette initiative visait à réunir tous les talents littéraires de la Caraïbe autour du genre littéraire moderne et très succincte qu'est la micronouvelle.

Ce nouveau format littéraire, selon l'auteur et traducteur espagnol Jacques Fuentealba , fait la promotion d’un « récit imaginaire, suggestif, parfois caustique, rédigé en un nombre extrêmement restreint de mot ».

Les participants avaient pour tâche d'écrire de courts récits sur la thématique "Mon quartier, le monde" qui a été proposée par l'AUF dans le cadre de la célébration de 50 ans de la Francophonie cette année.

Lire aussiNouvelle distinction pour le photojournaliste haïtien Dieu-Nalio Chéry

Sous les critiques d'un jury international composé de 5 personnalités de renom dont : Évelyne Trouillot (Haïti) ; Mirline Pierre (Haïti) ; Daniel Martin (France) ; Pedro Meira Monteiro (USA) ; Camila Valdés León (Cuba), ces trois étudiants haïtiens ont su prouver leurs talents dans cette forme littéraire considérée comme étant la plus concise des récits littéraires prosaïques.

Lisant un communiqué de l’AUF en date du 12 avril, on apprend que chaque gagnant en Haïti recevra un paquet de livres d'une valeur de 300 (1re place), 200 (2e) et à 100€ (3e). 

Étant le premier lauréat, Mike Préval qui partage son temps d’apprentissage entre la Faculté des Sciences humaines et l’École Nationale Supérieure de Technologie (ENST), pense que ce concours peut influencer les jeunes gagnants à devenir de véritables écrivains « dans la mesure qu'ils croient en cette acuité d'esprit qu'ils ont », dit-il lors en interview avec Loop-Haïti.

Lire aussiQui est John Garçon, l'Haïtien lauréat du prix Léonard de Vinci ?

Il a profité pour ajouter que « Les textes de fiction : un roman, un récit, une nouvelle demandent une écriture relativement longue. L'auteur a cette ouverture, ce champ libre, pourrais-je dire, comme tremplin et peut choisir au moment qui lui plait d'introduire son intrigue, il peut décorer ses personnages des plus belles qualités qui lui viennent à l'esprit, faire lasser son lecteur sur des centaines et des centaines de pages ; il est libre ! »

« Par contre, écrire une histoire, faire passer un message de façon laconique, avec moins de 280 caractères, ce n'est pas donné à tout le monde. Et si ces jeunes lauréats veulent se lancer dans le métier d'écrivain, ils n’auront qu'à procéder par développement, au sens mathématique du terme ».

Contactée par la rédaction de Loop Haïti, Daphnée Joseph a fait savoir que la micronouvelle est déjà un genre qui tend à se faire connaître en Haïti et qui peut faciliter les écrivains très banchés du numérique. En peu de mot, dit-elle, « une histoire peut être racontée et un message décrypté ».

Lire aussiVoici les trois lauréates de la 1ère édition du "Prix d'Entr'elles"

Sa micronouvelle qui a été inspirée de sa foi religieuse avec pour toile de fond sa conception pacifique du monde, est déjà, pour elle, la naissance d'une plume embryonnaire fécondée par la pratique de la littérature.

"J'éprouve une très forte émotion", a évoqué Volmar Castine Magalie, deuxième lauréate du prix, ce vendredi à la rédaction. Invitée à y prendre part par son amie Joseph (3e), elle ne s'y attendait pas à une telle consécration. 

"J'étais très étonnée que mon texte ait retenu l'attention des jurés", déclare l'étudiante en Sciences du langage à la FLA, avant d'ajouter que ce prix constitue un "nouveau départ" pour elle, un résultat qui peut se transformer en une consécration plus large dans le futur, estime-t-elle. 

À coté de la littérature qui constitue un territoire très important pour Volmar, elle entend faire œuvre dans le domaine de traduction.   

Premier prix (Mike Préval) 

Deuxième prix (Volmar Castine Magalie)

Troisième prix (Daphnée Joseph)

L'article a été mis à jour le vendredi 17 avril 2020 à 7:35 (heure haïtienne). 

Marc-Evens Lebrun  

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :