Lundi 21 Octobre, 2019

118 décès de cholera recensés en Haïti en 2017

Des malades du choléra hospitalisés.

Des malades du choléra hospitalisés.

On n’en parle pas beaucoup ces deniers jour mais l’épidémie de choléra n’a pas cessé de se propager au pays cela fait 7 ans.  Les impacts sont énumérés dans les rapports des ONG.

Ainsi, selon le relief web (OCHA), Haïti a enregistré 11 916 cas suspects de choléra et 118 décès de janvier à octobre 2017.  Mais il n’y a pas de quoi de s’alarmer. Car, pour la même période en 2016,  35 203 cas et 369 décès ont été dénombrés. D’où une diminution de 66% et 68% respectivement.

« Cela illustre la poursuite de la tendance à la baisse du choléra grâce aux efforts des acteurs de la coordination et de la riposte, du système de surveillance, des campagnes de traitement et de vaccination, en particulier dans la région du Sud », se réjouit l’OCHA.  

Un fait est à signaler en revanche : « Il y a eu une légère flambée de choléra dans le département de l'Artibonite en octobre avec 60,34% des cas pour ce mois-là dans le département. »

Cette « persistance de la maladie », voire « recrudescence de l'épidémie », l’OCHA l’explique par « des faiblesses structurelles du système de santé, la diminution du financement des acteurs médicaux ». Cela s'ajoute au manque de financement pour les équipes d'intervention communautaires, dont les effets se feront sentir dès février 2018, avec une réduction massive et soudaine du nombre d'équipes en l'absence de nouvelles contributions, regrette-il.

En décembre dernier, Ban Ki-moon, alors Ban secrétaire général des Nations unies,  a présenté des excuses aux haïtiens et a reconnu la responsabilité de l’ONU dans l’introduction du choléra au pays où plus de 800 000 personnes sont contaminées, dont 9 000 décédées. Il a dévoilé devant l’assemblée un plan pour aider les familles des victimes de l'épidémie en annonçant 400 millions de dollars sur deux ans. Mais les pays donateurs ont jusqu’ici hésité à mettre la main dans la poche pour contribuer avec de l’argent.

La lutte pour enrayer cette épidémie, ne s’arrête pas pour autant. Dans son rapport, OCHA fait croire que « l'UNICEF a continué de soutenir 57 équipes nationales, qui ont fourni des réponses rapides aux cas suspectés en partenariat avec les équipes d'intervention rapide (EMIRA) du MSPP1. Dans le même ordre d'idées, l'OPS / OMS a continué de soutenir la coordination et de surveiller les CTDA2 auprès des autorités sanitaires départementales dans les zones touchées par les épidémies. La Croix-Rouge française, l'un des partenaires de l'OPS / OMS, a également apporté son soutien pour renforcer la réponse dans les centres de traitement. En octobre, 5 de ces sites ont été soutenus dans l'Artibonite et 3 dans le département du Centre. »

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :