10 importantes déclarations de Jocelerme Privert devant le parlement

Jocelerme Privert a fait son dernier discours sur l’état de la nation, là où tout a commencé: au parlement.

L’assemblée nationale a eu lieu ce lundi 9 janvier. C'était aussi l'ouverture de la première session ordinaire de l’année 2017. À cette occasion, comme le recommande la Constitution, le président de la République, Jocelerme Privert, a délivré un message sur l’état de la Nation avant de céder, le 7 février prochain, le pouvoir au président fraîchement élu Jovenel Moïse. Mais l’ancien sénateur des Nippes, avec l'habileté d’un politicien aguerri, a esquivé des sujets controversés qui brulent pourtant dans l’actualité comme l’arrestation de Guy Philipe. Voici 10 déclarations phares à retenir de son discours :

1. Sur son élection le 14 février 2016

Mon élection à la Présidence provisoire du pays, l’ouverture des consultations avec les acteurs politiques et la formation de ce gouvernement de consensus, ont permis un net ralentissement de ces manifestations et instauré une bénéfique atmosphère de paix et de stabilité.

2. Sur la violence et l’insécurité

Les récentes contestations, à la suite du résultat des joutes du 20 novembre, n’ont jamais atteint l’ampleur ni l’impact que celles que nous avons vécues au début de l’année 2016. Je tiens à féliciter, à ce propos, les forces de police qui, dans le respect du droit à manifester de chaque citoyen, ont su éviter des débordements majeurs.

3. Sur l’ouragan Matthew

 Je profite aussi pour rappeler que Matthew est toujours présent ! Les populations des zones affectées sont toujours en situation de détresse économique, de désarroi écologique et de grande précarité sociale.

4. Sur les élections

Je suis en droit de m'enorgueillir d'avoir contribué à débarrasser l'horizon des lendemains des ombres néfastes de l’incertitude politique et du désarroi social. L’un de mes vœux les plus chers et les plus ardents pour Haïti et pour le Peuple haïtien est que les nouvelles autorités puissent bonifier cet héritage fragile pour désormais entrer dans un cercle vertueux de croissance et de confiance, de stabilité politique et de progrès économique, de dialogue permanent, de paix sociale et de démocratie.

5. Sur l’opposition

Je formule le vœu que tous les déçus des résultats des joutes du 20 novembre 2016 fasse le grand sacrifice patriotique d’organiser une opposition pacifique, démocratique et constructive face aux nouveaux élus quel que soit leur niveau. Haïti doit être pour chaque citoyen, chaque citoyenne le candidat perpétuellement et indéfiniment gagnant.

6. Sur la passation du pouvoir

Aujourd’hui, je me prépare à remettre, le 7 février 2017, au nouvel élu, un pays politiquement apaisé et socialement plus serein, fort de la confiance retrouvée dans les institutions et dans les autorités.

7. Sur les défis du pays

L’un des premiers défis que la Nation haïtienne doit relever en cette nouvelle année 2017 est celui de l’Unité et de la Réconciliation nationales.

8. Sur la fierté patriotique

Oui, nos ancêtres les Pères fondateurs de la Nation étaient des visionnaires. Oui, Haïti était humaniste avant la lettre. Mais, c’était il y a 213 ans ! Et depuis, qu’avons-nous fait pour mériter de nos ancêtres? Qu’avons-nous fait pour sortir de la léthargie, de la misère et de la pauvreté ? Qu’avons-nous fait pour éviter d’être affublé de ces épithètes peu flatteuses de pays « failli » ou de pays « fragile » ?

9. Sur la gestion du temps

Nos actions s’inscrivent trop souvent dans le court terme. À agir de la sorte, nous donnons des signes de grande fébrilité, qui ne font que dénoter notre myopie politique et administrative. Le propre des dirigeants est de savoir se projeter dans le temps.

10. Sur la planification

Nous ne pouvons pas continuer à gérer Haïti au jour le jour, au gré des maigres recettes fiscales.

 

 

0 comments